30 Conseils Indispensables pour Faire une Présentation Efficace

Découvrez ces 30 conseils indispensables pour faire une présentation efficace en 4 étapes avec :

  • des conseils pour bien préparer votre présentation,
  • puis pour designer de manière efficace vos diapositives,
  • pour ensuite insérer des graphiques efficaces dans votre présentation,
  • et enfin pour préparer votre prise de parole en public.

 
30_conseils_presentation_efficace_datastory

Mais commençons tout d’abord cet article avec une statistique surprenante que la plupart des personnes semblent ignorer !

  • Elle concerne une pratique qui se produit environ 400 fois par seconde dans le monde ;
  • Son vecteur de diffusion le plus utilisé a vu le jour en 1987 aux Etats-Unis ;
  • 500,000,000 utilisateurs s’y adonnent dans le monde ;
  • 250,000 recherches sont effectuées autour de cette pratique chaque mois au niveau mondial.

Allez, trêve de suspense, cette fameuse statistique concerne le nombre de présentations qui sont réalisées par jour !

Tenez-vous bien, 35 millions de présentations sont faites chaque jour en grande majorité avec le logiciel Powerpoint. Eh oui ! vous ne rêvez pas. D’ailleurs, on a même remplacé le mot présentation par Powerpoint pour dire faire un Powerpoint au lieu de faire une présentation.

Malheureusement, parmi ces 35 millions de présentations Powerpoint, beaucoup sont ennuyeuses.

Pire, 95% des présentations sont considérées comme nulles selon Guy Kawasaki qui fut l’un des premiers responsables marketing chez Apple et qui a préfacé l’ouvrage Présentation Zen de Garr Reynolds.

couverture-livre-presentation-zen-faire une présentation

Les présentations sont si répandues qu’il est très difficile d’y échapper dans le monde professionnel actuel.

Du contenu de votre présentation, jusqu’à l’arrivée sur scène, cet article vous dévoile les conseils pour faire une présentation efficace. Souvenez-vous également que faire une présentation, c’est une image de vous que vous envoyez à votre public.

Réussir son pitch, rédiger ses notes de lecture, se préparer mentalement… mais aussi structurer son support de présentation, créer la surprise, réussir sa prise de parole en public ou encore choisir le bon graphique…

Des conseils pour préparer votre présentation

Conseil n°1 – Formuler le pitch de votre présentation

Terme anglo-saxon tirant son origine de “sales pitch” (« argument de vente »), le pitch synthétise un scénario destiné à convaincre en quelques mots de l’intérêt d’une histoire, d’un concept ou d’un produit.

Compacté et calibré pour capter l’attention du public, c’est un véritable grappin cognitif qui rend compréhensible l’idée ou la solution que vous proposez.

Mais au fait c’est quoi l’idée ou la solution ? C’est certainement la première question à vous poser avant de vous lancer tête baissée dans la conception des diapositives.

Écrire le pitch de votre présentation vous permet de formuler de manière limpide et séduisante l’idée force de votre présentation, celle que votre public doit comprendre et retenir.

Un bon pitch est en quelque sorte les fondations sur lesquelles votre présentation va pouvoir prendre forme. Il doit donner envie d’assister à la présentation. Il se construit autour de la réponse à ces 3 questions qui sont Quoi ? Comment ? Pour générer quoi ?

Dans cet article, vous découvrirez donc (Quoi?) 30 conseils indispensables qui boosteront vos présentations (Comment?) grâce aux bonnes pratiques des meilleurs experts (Pour générer quoi?) dans le but de rendre vos présentations efficaces et mémorables.

pitch_conseils_faire une présentation

Conseil n°2 – Identifiez votre public avant votre présentation

Quantifiez votre audience pour connaître le nombre de personnes qui seront présentes à votre présentation. On ne s’adresse pas de la même façon si l’on est face à 10, 100 ou 1000 personnes !

Connaître son public pour répondre à ses attentes est une donnée cruciale pour réussir une présentation.

  • Comment se compose votre public ?
  • Quel est son problème ?
  • Pourquoi est-ce important ?
  • Quelles sont ses attentes ?
  • Quel est son degré d’expertise sur le sujet que vous allez traiter ?

Si possible, ce sont là une partie des questions auxquelles il faut répondre pour trouver les bons angles qui répondent aux besoins de votre public afin de capter à coup sûr son attention.

public_conseils_faire une présentation

Conseil n°3 – Exploitez la puissance des cartes mentales pour préparer votre présentation

Utile pour structurer vos idées autour d’un noyau central, la carte mentale est très pratique pour préparer votre présentation en amont. La création de cette cartographie demeure une étape clé car elle met en lumière les grandes parties de votre présentation.

Découvrez 2 outils gratuits et simples d’utilisation qui pourront vous aider dans ce processus :

  • https://www.mindmeister.com/fr : un outil de cartographie mentale en ligne qui propose 3 cartes dans sa version gratuite. Un mode collaboratif est proposé pour rassembler les équipes.
  • https://www.mindmup.com/ : gratuit mais limité sur la taille des exports PDF, cet outil disponible en ligne vous permet en plus la création de Storyboard en lien avec les cartes créées ! Un plugin est même disponible pour l’utiliser directement dans Google Drive, pratique !

Voici la carte mentale réalisée avec Mindmup pour cartographier les 30 conseils indispensables pour faire une présentation efficace. Cela permet de voir en un seul coup d’oeil les différentes grappes de conseils (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

carte mentale_conseils_faire une présentation

Conseil n°4 – Mettez en place le scénario de votre présentation

La mise en oeuvre d’un scénario est une étape incontournable pour réussir votre présentation. A l’instar d’un bon film, une bonne présentation repose sur une histoire qui va captiver votre public.

Cette technique de communication appelée storytelling met en scène votre communication de façon originale en faisant cohabiter la raison et l’émotion. Toute histoire implique un changement.

Fort de ce constat, mettez en place un plan sur-mesure avec un nombre de parties fixé par votre écrit, votre idée directrice et les éléments de contenus dont vous disposez.

Quant au type de plan à retenir, sachez que le plan appelé tout terrain est déjà une bonne base pour débuter. Il s’articule autour de 5 parties :

      1 : Situation de départ
      2 : Problème(s) généré(s)
      3 : Solution(s) proposée(s)
      4 : Mise en oeuvre
      5 : Bénéfices

Le « storytelling » est une technique de narration puissante mais qui demande de respecter certains principes pour être pleinement efficace.

Pour mettre en pratique cette méthode d’une manière plus approfondie, je vous conseille notamment l’ouvrage « Boostez vos présentations avec le storytelling » de Yaël Gabison aux éditions Eyrolles.

scénario_conseils_faire une présentation

2 – Faire une présentation avec un design efficace

Conseil n°5 – Une idée par slide

C’est la règle d’or pour faire une présentation. Tous les spécialistes en la matière vous le diront, votre diapositive ne doit communiquer qu’une idée à la fois. Privilégiez la qualité à la quantité comme aime à le rappeler Garr Reynolds : « Simplicité, signifie produire un maximum d’effet avec un minimum de moyens. »

A l’inverse, la surcharge cognitive est la bête noire de vos diapositives !

Proposer une idée par diapositive, c’est faire l’effort d’abandonner le réflexe qui consiste à remplir sa diapositive d’une liste à puces, de textes et de visuels.

Cela permet d’éviter les situations où le public se désintéresse de l’orateur pour se focaliser sur le contenu bien dense de la diapo qui est affichée à l’écran !

L’orateur doit rester acteur de sa présentation, c’est sur lui et son discours que le public doit porter son attention. Le contenu de la diapo ne reste que le support de ses propos.

une idée par slide_conseils_faire une présentation

Si votre idée vous semble impossible à réduire sur une seule et même diapositive, rien ne vous interdit d’en utiliser plusieurs. Généralement l’esprit humain aime quand un raisonnement repose sur 3 points donc pensez-y pour segmenter votre information.

Si ce n’est pas encore suffisant, je vous invite à reformuler votre idée pour la rendre plus simple et plus concise.

Albert Einstein dit ceci, “Si vous ne pouvez pas expliquer une chose simplement, cela veut dire que vous ne la comprenez pas assez”.
 

Conseil n°6 – Faites passer le test des 5 secondes à votre slide

Votre public ne doit pas mettre plus de 5 secondes à comprendre le sens de votre diapositive. Au-delà, la surcharge cognitive n’est pas loin autrement dit votre message manque de clarté…

Voyons comment soigner le message clé de votre diapo.

A l’aide de quelques mots, cherchez à identifier le message principal que vous voulez faire passer, nous parlons là de message conclusion.

Pour être efficace, votre message doit être court et suffisamment explicite. Ne faites pas des phrases complètes mais écrivez votre message clé sous la forme d’un slogan.

Tout ce que vous allez dire est à mettre dans vos notes de lecture. La slide est là pour catapulter votre idée et l’orateur vient l’expliciter à l’oral. Ils sont complémentaires.

Gardez à l’esprit que l’être humain ne peut pas lire et écouter en même temps. Pourquoi ? Eh bien parce qu’il ne le fait pas à la même vitesse. Avec un message clé décodé en 5 secondes, votre public prendra le temps ensuite de vous écouter.

Par dessus tout, comprenez bien qu’il faut abandonner l’idée de lire le contenu d’une slide surchargée à votre public car c’est la mort assurée de vos idées.

test 5 secondes_conseils_faire une présentation

Conseil n°7 – Utilisez la puissance des images dans votre présentation

Pour faire une présentation impactante et mémorable, le choix des visuels et des images qui la compose joue un rôle très important.

Les images possèdent un pouvoir envoûtant indéniable. Le cerveau en est friand ! D’ailleurs, 70% des informations perçues par notre cerveau passent par le visuel.

Au-delà de l’impact émotionnel procuré par les images auprès du public, leur utilisation permette une meilleure rétention dans le temps.

Dans certains cas, l’image est si puissante et évocatrice qu’elle peut aisément se passer de texte. Mais la plupart du temps, une image peut voir sa signification varier selon le texte qui lui est associé.

Attention, l’image retenue doit valoriser l’idée que vous présentez et ne doit pas faire double emploi avec le texte de votre diapositive. L’association de votre image et du texte doit générer une synergie bénéfique qui sert votre message.

Les images sont au cœur de nos présentations, par conséquent elles doivent faire l’objet d’une attention toute particulière.

Elles possèdent une puissance émotionnelle indéniable. Vous pouvez surprendre votre public et le captiver en construisant votre présentation sur la base de visuels percutants.

La mise en place d’une image sur une diapositive relève d’un processus créatif qui fait appel à des techniques variées.

Souvent simples à mettre en oeuvre, ces techniques doivent cependant être maîtrisées pour tirer toute la quintessence des images.

Pour ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet, je vous conseille l’article

« 12 bonnes pratiques pour utiliser les images dans vos présentations »

puissance_images_conseils_faire une présentation

Conseil n°8 – Piochez dans les banques d’images gratuites

Aujourd’hui très répandues, les banques d’images gratuites permettent de trouver des visuels de qualité qui n’ont plus rien à envier à ceux proposés par les fournisseurs payants.

Cependant, les droits relatifs aux images ne doivent pas être mis de côté car toutes les photos disponibles ne peuvent être utilisées librement. Les images à télécharger sur ces banques gratuites reposent sur les licences dites « Creative commons ». Elles ont été créées pour faciliter l’utilisation des œuvres sur Internet.

Je vous invite à visiter le site officiel des « Creative Commons« , vous aurez une vue synthétique des différentes licences existantes.

Selon la licence retenue par l’auteur de l’image, vous devrez respecter certaines conditions. Exemple : faire figurer le nom de l’auteur sur l’image ou bien encore vous engager à ne pas modifier l’image originale. Rassurez-vous, la plupart des images sur ces sites sont avec une licence sans attribution requise. Autrement dit, elles sont libres pour un usage commercial et sans mention du nom de l’auteur.
 

Les banques d’images gratuites

En attendant, je vous ai listé quelques liens vers des banques d’images gratuites connues qui transformeront immédiatement les visuels de vos présentations par leur qualité.

Les moteurs de recherche intégrés à ces sites sont généralement simples et ne peuvent rivaliser avec ceux proposés par les banques payantes. Ces derniers disposent de multiples critères comme l’orientation, les personnes présentes sur l’image ou la couleur prédominante de l’image.

Si vous souhaitez gagner du temps dans la recherche de visuels, la solution payante est à privilégier.

De même que sur des thématiques particulières, le recours au payant reste inévitable.

Pour les utiliser régulièrement, les banques gratuites sont malgré tout une alternative très intéressante aux sites payants.

 

Conseil n°9 – Voyez grand pour vos slides

Simplifier pour amplifier est une notion phare en diapo design. Ici nous allons voir que la taille des éléments a aussi un rôle déterminant dans la construction de vos diapositives.

Les images :

D’une résolution correcte (à partir de 1024px par 768px pour éviter la pixellisation), vos images doivent toujours occuper la totalité de l’écran. Evidemment ce n’est pas le cas si vous utilisez une image détourée.

Les polices :

Là aussi visez grand pour la taille des polices, votre public vous dira merci. Soyez vigilant sur la lisibilité (taille et contraste). Votre public ne doit pas faire d’efforts pour déchiffrer les éléments de votre diapositive sinon vous risquez de vite le décourager.

Nous préconisons une taille minimum de 30 points pour vos textes. Pensez toujours que vous écrivez aussi pour celui qui se trouve au fond de la salle de réunion.

La taille a son importance mais n’oubliez pas le contraste qui est tout aussi capital. Vous pouvez venir le tester sur le site Colorable si vous avez un doute. Inutile de mettre le paquet sur la taille si votre contraste est au ras des pâquerettes !

Les graphiques :

A l’instar des images, les graphiques doivent occuper toute la diapositive, sans exception ! Ne manquez pas nos conseils sur la construction des graphiques au sein des présentations. Des graphiques efficaces qui répondent aux fondamentaux de la data visualisation que vous retrouverez un peu plus loin.

 

Conseil n°10 – Misez sur le contraste

Un bon contraste est essentiel sur vos slides, il permet de mettre en valeur des informations clés et assure une lisibilité sans faille pour le public. Pour l’obtenir, vous pouvez jouer sur divers leviers.

Assurer un contraste optimal pour les textes en jouant sur :

Les majuscules :

Mettez en majuscule le ou les mots-clés que vous estimez important sans en abuser ;

La taille :

Augmentez la taille du mot-clé ou des mots-clés en appliquant un ratio de 1.5 par rapport au reste du texte ;

La couleur :

Trouvez une couleur clé dans votre image d’arrière-plan et colorez les mots importants ;

L’épaisseur :

Une autre alternative est l’utilisation de la graisse que vous pouvez combiner avec la couleur clé pour davantage de contraste ;

La typo :

Vous pouvez choisir une autre police pour mettre en exergue les mots-clés. Remarque sur la typographie : la règle impose un couple de police mais pas plus pour l’ensemble de votre présentation. De manière générale les polices sans-sérif, c’est à dire sans empattement sont plus faciles à lire.

Enfin privilégiez des visuels qui facilitent le contraste optimal recherché. Éliminez d’entrée les images trop plates, bouchées ou cramées !
Vos textes trouveront plus facilement leur place au sein de visuels dans lesquels subsistent des zones calmes.

contraste_conseils_faire une présentation_datastory

Conseil n°11 – Bannissez les listes à puces !

Les listes à puces peuvent trouver une utilité dans les articles de blog par exemple, (pour énoncer les étapes d’un process ou décrire une chronologie) mais leur utilisation pour faire une présentation est franchement à bannir.

Un message court et impactant, vous vous souvenez, ce n’est pas si loin alors laissez tomber les listes à puces, elles n’ont vraiment rien à faire dans les présentations.

Pour les remplacer, plusieurs solutions existent :

bannir_listes-à-puces-conseils-faire une présentation

« En finir avec les listes à puces dans vos présentations Powerpoint » est l’article qui vous permettra de mettre en oeuvre les moyens efficaces pour éradiquer ces vilaines listes à puces.

bannir-liste-à-puces_conseils_faire une presentation

Conseil n°12 – Appliquez la règle des tiers sur les images

C’est un conseil connu des photographes pour composer une image percutante.

Comment ça fonctionne ? C’est très simple, prenez votre image, décomposez-la à l’aide d’une grille de manière à obtenir 9 zones identiques. Les points de force recherchés sont les intersections des lignes horizontales et verticales qui composent la grille, rien de plus.
 
règle-des-tiers_conseils_faire une présentation_datastory

Objectif ici : faire apparaître clairement les points de force de votre image.

En plaçant l’élément clé de votre visuel sur l’un de ces points, vous lui conférez une attention maximale.

Conscients de l’importance de cette règle, certains logiciels de présentation permettent d’afficher en surimpression cette grille des tiers. D’autres en revanche vous demanderont quelques clics supplémentaires pour ajouter manuellement les lignes de force nécessaires.

Alors, appliquez systématiquement la règle des tiers sur chacune de vos diapositives. Ce n’est pas compliqué à mettre en oeuvre et c’est une technique très puissante qui vous garantit un maximum d’impact pour tous vos visuels.

 

Conseil n°13 – Alignez le texte pour faciliter la lecture

Vous avez placé votre texte avec une taille de police suffisamment grande et vous vous êtes assuré que son contraste est correct, bravo !

Mais dîtes-moi, comment avez-vous géré son alignement ?

L’alignement est un procédé qui permet de guider de manière transparente votre regard sur les paragraphes.

Dans une présentation, ces derniers ne sont jamais très longs mais peuvent tout de même se retrouver sur 2 ou 3 lignes alors voyons comment les gérer.

Généralement l’alignement à gauche est préconisé car c’est visuellement le plus naturel de tous. Il est notamment recommandé quand votre bloc de texte est placé à gauche dans l’image.

alignement-à-gauche_conseils_faire une présentation

L’alignement à droite est moins recommandable car plus difficile à lire. Il peut néanmoins être utilisé quand votre bloc de texte se situe à droite sur votre diapositive.

roite_conseils_faire une présentation

Quant à l’alignement centré, utilisez-le principalement pour les titres et sous-titres au-dessus d’un graphique. A utiliser également quand votre bloc de texte se retrouve dans des blocs de couleur au dessus d’une image par exemple.

alignement-centré_conseils_faire une présentation

Conseil n°14 – Soignez la police de texte de votre présentation

La simplicité est le maître-mot des présentations. Pour les polices, c’est la même chose. Multiplier l’utilisation de polices différentes dans une même présentation nuit à la clarté de vos propos.

Je vous conseille d’utiliser un couple harmonieux de polices pour faire une présentation. Un type de police peut être utilisé pour le titre et un autre pour le texte par exemple.

L’association harmonieuse de 2 polices peut vite tourner à la prise de tête pour l’utilisateur néophyte. En effet, les polices sont légions sur internet et les fondamentaux en matière de typographie sont méconnues de la plupart des personnes.

Certains logiciels de présentation proposent en standard des couples de polices compatibles. C’est une bonne initiative car vous n’avez pas à vous soucier de l’harmonie ou du contraste mais juste à savoir si les 2 polices vous conviennent visuellement.

Si votre logiciel de présentation ne propose pas cette fonctionnalité, comme cela est le cas avec Powerpoint, vous pouvez vous rendre sur l’excellent site Font Pair. De nombreux couples de police à visualiser et télécharger gratuitement vous y attendent.

3 – Mettez des graphiques efficaces dans votre présentation

Conseil n°15 – Identifiez le titre message clé de votre graphique

Le message principal de votre graphique ne doit JAMAIS être un titre descriptif qui se contente de rappeler la nature des données. Pour cette information, vous devez utiliser la zone du sous-titre.

C’est votre rôle de faire parler les chiffres et de leur donner une interprétation. Alors votre graphique doit toujours être surmonté de ce titre conclusion que votre public lira en premier.

Encore une fois, restez simple, clair et pertinent. Tout en allant à l’essentiel, votre message ne doit pas contenir plus d’une dizaine de mots.

Votre message sera toujours placé au-dessus de votre graphique avec une taille de police de 30 points minimum. Quant au sous-titre, choisissez une taille plus petite de l’ordre de 20 points pour ne pas perturber le titre conclusion.

 

Conseil n°16 – Comment identifier le bon graphique pour mes données ?

C’est une question importante à laquelle il faut savoir répondre. Alors voyons ensemble quelques fondamentaux pour nous permettre d’y voir un peu plus clair.

Pour choisir le bon graphique, ne vous laissez pas séduire par le “beau” mais privilégiez plutôt l’ ”efficace”.

chart-chooser_conseils_faire une présentation_efficace

Ensuite le choix d’un graphique est fait en fonction du type de données à représenter et du message à transmettre.

Il est parfois difficile de savoir vers quel graphique se tourner. Pourtant, il est possible de les classer en 6 grandes catégories selon que vous cherchiez à faire :

      1 : une comparaison
      2 : une tendance
      3 : une relation
      4 : une distribution
      5 : une proportion
      6 : une décomposition

 
Pour renforcer cette première approche, nous vous conseillons ce site datavizcatalogue.com qui propose un véritable catalogue des graphiques et des diagrammes. Ils sont répartis notamment entre ces 6 grandes catégories pour vous guider vers un choix pertinent. Il est conseillé d’essayer différents types de graphiques pour que vous puissiez apprécier la mise en valeur de votre message.

Rappelez-vous ces deux questions que vous devez avoir à l’esprit : que disent mes données ? et que dit mon graphique ?

En cliquant sur une catégorie, le site vous propose une liste de graphiques ad hoc avec des exemples et des explications.

 

Conseil n°17 – Respectez l’échelle de votre graphique

Il est impératif de ne pas distordre la réalité en donnant à votre graphique une échelle fantaisiste, une graduation inappropriée ou encore des proportions mal représentées.

En data visualisation, on parle de coefficient de mensonge pour traduire cette pratique qui reste définitivement à bannir. On peut même la mesurer et c’est Edward Tufte qui s’en charge en proposant de faire le rapport entre l’importance de l’effet visuel et l’importance de l’écart qualitatif.

Alors pour éviter de déclencher ce coefficient de mensonge, voici deux choses à ne JAMAIS faire.

Ne démarrez jamais la graduation de l’échelle de votre graphique avec une valeur différente de 0. A défaut, vous lui donnez un effet visuel erroné. Exemple ci-dessous où le graphique de gauche donne l’impression que la société B fait moitié moins de chiffre d’affaires que la société A ;

coefficient-mensonge_conseils_faire une présentation_efficace

N’étirez jamais votre graphique pour le déformer. Un graphique rectangulaire doit toujours respecter un rapport de 1,6 entre l’axe horizontal et l’axe vertical. C’est ce qu’on appelle le golden ratio.

coefficient-mensonge-golden-ratio_conseils_faire une présentation_efficace

De mauvaises représentations provoquent des décisions moins éclairées qui pourront avoir des répercussions inattendues.

Heureusement, certains logiciels de présentation comme l’application DataStory proposent nativement des graphiques homothétiques à la bonne échelle et gradués dans les règles de l’art.

 

Conseil n°18 – Appliquez les bonnes couleurs

Un graphique efficace passe aussi par l’utilisation de couleurs adaptées qui contribuent à la lisibilité globale.

Il faut d’emblée oublier les couleurs arc-en-ciel qui nuisent gravement à la lisibilité de votre graphique et à la clarté du message à faire passer. Votre graphique n’est pas un sapin de Noël !

Utilisez des sets monochromes pour vos graphiques. Un set monochrome est obtenu en déclinant les valeurs foncées, médianes et claires d’une même couleur en entrée.
Le rendu est harmonieux et votre graphique peut être vu et lu de la meilleure des façons.

Avec un set de couleurs monochromes, je vous conseille d’utiliser une couleur clé pour mettre en avant l’information sur laquelle porte le message clé de votre graphique.

couleurs_conseils_faire une présentation_efficace

Comment déterminer simplement la couleur clé ?

Sur un cercle chromatique, c’est la couleur qui se trouve diamétralement opposée à la couleur retenue pour le set monochrome. En graphisme, on l’appelle la couleur complémentaire.

Le site Paletton permet de réaliser un set de couleur monochrome personnalisé avec sa couleur clé en quelques clics seulement.

paletton_conseils_faire une présentation_efficace

Gardez toujours un oeil ensuite sur le contraste entre les couleurs de votre graphique et la couleur de l’arrière-plan de votre diapo. Le site Colorable vous aidera pour cela. Il vous octroie une note qui va de “AAA” (contraste optimal) à “Fail” (contraste inexistant).

 

Conseil n°19 – La lisibilité de votre graphique est essentielle

“C’est très stylé mais je n’y comprends rien !”. Voilà ce que risque de dire ou de penser votre public si vous mettez l’accent sur l’aspect graphique de la visualisation et que vous laissez de côté le travail sur la lisibilité.

 

Les règles de base pour une bonne lisibilité :

  • Pour commencer, pas de 3D dans vos graphiques, même JAMAIS. Les 2 dimensions suffisent à rendre votre graphique clair et efficace. L’introduction d’une 3ème dimension est peut-être impressionnante visuellement mais totalement inefficace en termes de lisibilité et d’efficacité.
  • Le nombre de série de données doit se limiter à 3 ou 4 pour un graphique en ligne. Au-delà vous obtenez ce qu’on nomme communément le graphique spaghetti. Concernant le fameux camembert ou le graphique secteurs, qui est très peu utilisé en data visualisation, je vous engage à ne pas multiplier ses secteurs ! 5 maximum et correctement disposés c’est à dire avec le plus grand secteur positionné à droite et le reste à gauche, du plus grand au plus petit.
  •  
    graphique-secteurs_conseils_faire une présentation_efficace

  • Pour éviter à votre public des allers-retours sur votre graphique, la légende est toujours placée au-dessus de ce dernier. En effet, le sens de lecture naturel va du haut vers le bas. Il convient donc de connaître la légende avant de lire le graphique.
  • Aussi, ne donnez pas le torticolis à votre public lors de lecture de votre graphique. Imaginez le tableau ! L’ensemble de votre public penchant la tête dans tous les sens pour déchiffrer du texte écrit à la verticale. Vous reconnaîtrez que cela n’est pas l’orientation naturelle d’un texte pour le lire. Alors faites en sorte que votre texte soit toujours écrit à l’horizontal.
  • Assurez-vous d’avoir un contraste satisfaisant en ayant recours si nécessaire à des outils dédiés (voir le conseil sur le contraste).

Le test des 5 secondes

Toutes ces règles relèvent du bon sens et de la capacité du cerveau humain à appréhender rapidement l’information présentée.

Je vous conseille là encore de faire le test incontournable des 5 secondes qui correspond tout simplement au temps d’attention moyen accordé à la compréhension de chaque diapo.

Au cours de ces 5 petites secondes, votre public doit donc être capable d’assimiler le message que vous souhaitez faire passer. Il consacrera ensuite entièrement son attention à l’écoute de l’orateur.

Conseil n°20 – Boostez vos graphiques avec l’interactivité pour faire votre présentation

L’interactivité dans les graphiques est une fonctionnalité majeure proposée par certains logiciels de présentation ou encore de business intelligence. Mieux, l’application DataStory est un outil de data visualisation qui réunit graphiques interactifs et bonnes pratiques pour faire une présentation.

Avec la puissance apportée par l’interactivité, vos graphiques bénéficient de nouvelles fonctionnalités plutôt sympathiques. Elles vous font entrer dans une nouvelle dimension.

Selon Edward Tufte, il faut « appliquer un faible ratio quantité d’informations / quantité d’encre pour donner de l’efficacité à votre graphique”. Cela tombe bien, c’est justement ce que nous offre cette interactivité !

Légendes ou graphiques cliquables et informations affichées au survol sont 2 exemples des possibilités offertes à l’utilisateur.

legendes-interactves-conseils_faire une présentation

L’interactivité permet d’aller encore plus loin car non seulement vous économisez de l’encre mais vous économisez également des slides.

Certains graphiques bénéficient de fonctions avancées telles que le “Drilldown” ou le “Motion”. Alors quels sont les apports de ces options en termes de nouvelle expérience utilisateur ?

Le “Drilldown” est une fonctionnalité qui permet d’explorer les données d’un graphique avec un deuxième niveau d’informations accessible en cliquant simplement sur la série désirée. Je vous laisse imaginer l’économie de slides engendrée.

drilldown_conseils_faire une présentation

Si vous voulez faire parler les chiffres autour d’une histoire, je vous conseille le graphique avec l’option “Motion”. Il bénéficie d’une ligne de temps dont vous maîtrisez la lecture pour visualiser l’évolution des données sur une période spécifique.

Là aussi c’est la promesse d’une grosse économie de slides mais aussi la possibilité d’interagir avec ses données et son public.

Retrouvez une partie de ces conseils en vidéo en cliquant sur ce lien Graphique Interactif : Plus de Puissance en 3 Fois Moins de Temps !

4 – Préparez votre prise de parole en public

Conseil n°21 – Préparez-vous physiquement !

La prise de parole en public est un acte physique redouté par les ¾ de la population. Accélération du rythme cardiaque, mains moites, respiration saccadée, sueur froide…, voici quelques symptômes liés à la montée d’adrénaline qui peuvent apparaître quelques minutes avant le début de votre présentation.

Heureusement, nous pouvons compenser cette réaction au stress par une réaction de relaxation. Cela dans le but de ralentir la respiration, diminuer la tension artérielle et réduire le besoin en oxygène.

Parmi les techniques de relaxation reconnues pour faire baisser le niveau de stress, les exercices de respiration sont à conseiller pour obtenir un résultat rapide et probant.

Et face aux conséquences provoquées par le stress, la respiration est la seule fonction qui peut être contrôlée directement.

La respiration conseillée en art oratoire est la respiration abdominale, comme pour le chant. Il s’agit de savoir parler et respirer en même temps.​

Bien respirer permet de lutter contre le stress. Pour que cela fonctionne de la meilleure des manières, commencez votre présentation par deux ou trois profondes inspirations. Cela permet d’oxygéner tous les tissus et relâcher les tensions.

Au-delà de la réduction du stress générée, ces exercices de respiration ont un effet bénéfique sur votre diction lors de la présentation, ils vous mettent à l’abri des phrases hachées dites avec une voix hésitante.

respiration_conseils_presentation_efficace

Conseil n°22 – Préparez-vous mentalement !

La répétition est la meilleure façon d’être performant lors de votre prise de parole, c’est la garantie du succès. Il ne s’agit pas d’apprendre par coeur votre texte car vous risquez de perdre le contact avec votre public. Il vous suffit plutôt de connaître la trame de votre histoire.

Répéter votre présentation en vous basant sur ses idées et sa structure est le moyen le plus efficace pour la retenir. Laissez tomber les mots et focalisez-vous sur le scénario de votre présentation.

En mettant l’accent sur une structure narrative associée à des émotions, vous bénéficiez d’une mémorisation accrue et vous impactez plus facilement votre audience.

Ce travail de visualisation vous donne un recul et une souplesse qui peut s’avérer être un atout de poids lors de votre intervention.

Vous êtes plus libre dans vos propos et vous réduisez la probabilité de tomber sur le fameux trou de mémoire…

répétez_conseils_présentation_efficace

Conseil n°23 – Préparez un kit de survie pour faire une présentation !

On a beau prendre toutes les précautions pour se prémunir contre les impondérables, vous ne serez jamais à l’abri de la loi de Murphy !

Je vous livre quelques suggestions qui pourraient vous éviter des sueurs froides ou des envies d’atomiser votre ordinateur à coup de masse !

  • Pensez à sauvegarder régulièrement vos sources et votre présentation sur différents supports (clé USB, disque dur externe, cloud…).
  • Avant le jour J, imprimez vos slides pour les avoir à portée de main…
  • Prévoyez un plan B en cas de panne de votre tablette ou de votre ordinateur. Si vous en avez la possibilité, essayez de prévoir un matériel de substitution (un 2ème ordinateur par exemple).
  • Si vous ne connaissez pas la configuration de la salle (protocole de communication, WIFI, connectique…), pensez à prendre différents câbles (les plus standards) et adaptateurs pour relier si nécessaire votre appareil au vidéo projecteur.
  • Arrivez en avance de manière à faire des essais avec le matériel et résoudre dans le calme les éventuels problèmes de compatibilité.
  • Assurez-vous que la batterie de votre appareil soit suffisamment chargée (au moins 80%) avant de commencer votre présentation.

Enfin, si votre présentation a été créée à l’aide d’un logiciel qui nécessite une connexion internet, pensez à prévoir une version hors-ligne pour pallier un réseau inaccessible. C’est ce que propose l’application DataStory avec son export autonome pour continuer à utiliser l’interactivité des graphiques notamment.

Conseil n°24 – Respectez le timing !

La contrainte temporelle est une donnée à prendre en compte pour faire une présentation. Souvent source de stress, elle peut être maîtrisée par une bonne préparation en amont.

En matière de présentation, la préparation est un facteur clé de sa réussite. Pour l’atteindre, un seul mot d’ordre : répéter, répéter et encore répéter !

La capacité à susciter l’intérêt d’un public est directement proportionnel au degré de préparation de l’orateur.

Tel un athlète de haut niveau, sortez le chronomètre à chaque répétition et notez votre temps d’intervention. Dans la mesure du possible, tentez d’identifier les parties sur lesquelles vous consacrez trop ou pas assez de temps.

Le jour J, si la salle ne dispose pas d’horloge, utilisez le chronomètre de votre smartphone. N’oubliez pas également d’enlever la mise en veille pour ajuster votre temps de parole.

Conseil n°25 – Projection sans-fil

Les technologies sans-fil bénéficient depuis quelques années de progrès significatifs.

Aujourd’hui les fils disparaissent des salles de réunion au profit de solutions de projection sans-fil universelles et interactives qui prennent généralement la forme de boîtiers tout en un.

Voici quelques solutions qui méritent votre attention :

  • La “Pulse box” est une box universelle 100% française lancée officiellement en septembre dernier => https://www.pulse-origin.com/la-pulse-box/
  • Lancé en 2013, le “Prijector” est une box qui fonctionne sur de nombreux supports ;
  • “Wekast” est une solution qui permet de présenter grâce à son smartphone directement sur n’importe quel écran.

Pour vos présentations multimédias, la tablette, le smartphone ou la télécommande sont les outils à privilégier.

Et si votre logiciel de présentation propose de l’interactivité sur les graphiques comme l’application DataStory, le sans-fil vous permettra d’être entièrement libre pour passer les slides ou explorer les graphiques d’un simple” toucher”.

Conseil n°26 – S’en sortir avec le vidéo projecteur

La majorité des ordinateurs actuels (portable, fixe), tablette et téléphone avec lesquels nous travaillons embarquent un écran dont le ratio d’image est 16/9 ou 16/10.

Si vous souhaitez faire une présentation en entreprise, vous avez 9 chance sur 10 que le vidéoprojecteur présent dans la salle soit équipé d’une matrice qui envoie un format 4/3.

Néanmoins, nous constatons que les formats 16/9 & 16/10 commencent à s’imposer doucement dans les entreprises, c’est une bonne chose.

Vous remarquerez qu’avec l’utilisation d’un vidéoprojecteur 4/3 et une source en 16/9 vous ne pourrez pas échapper aux fameuses bandes horizontales en haut et en bas.

ecran_4_3_presentation_16_9_conseils_presentation

Ne confondez pas le format du vidéoprojecteur et celui de la source (ordinateur, portable, tablette…). En effet, il est tout à fait possible de projeter une image en 16/9 avec un projecteur 4/3, et inversement.

Alors pas de panique si vous découvrez que le format du vidéoprojecteur de la salle est 4/3, la solution existe !

Très pratique, le site www.distance-taille-ecran.fr vous permet de visualiser à l’écran les différents rendus obtenus. Il tient compte du format du vidéoprojecteur, de la source et du format de votre présentation. Il va même jusqu’à simuler la fonction zoom que vous pouvez retrouver sur la plupart des vidéoprojecteurs.

Bonnes expérimentations !

Conseil n°27 – Gare aux notifications (visuelles et sonores) !

Quel que soit le support retenu pour faire une présentation (PC, Mac, tablette ou smartphone), pensez à tous les éléments qui pourraient venir s’incruster de manière aléatoire et gênantes sur vos slides…

Je veux bien sûr parler des notifications, sous toutes ses formes ! Votre public n’a pas à savoir que la licence de votre antivirus arrive à échéance dans 2 jours ou bien que vous venez de recevoir un email…

Sur Windows, vous pouvez modifier le comportement des programmes et donc des notifications en vous rendant dans les propriétés de la barre des tâches.

Avec les dernières versions de Windows, les notifications sont accompagnées d’un son qui peut lui aussi être désactivé.

Sur Mac OS, ça se passe sur l’icône des préférences notifications dans le coin inférieur droit du centre de notifications.

Pour les tablettes sous Android ou IOS, vous avez la possibilité de bloquer les notifications dans les paramètres de votre appareil, c’est assez simple à mettre en oeuvre.

Dernière chose, une notification qui peut avoir des conséquences particulièrement stressantes sur la suite de votre présentation, c’est l’alerte batterie. Apprendre que votre temps est compté n’est pas la chose la plus rassurante à savoir lors d’une présentation. Le maître du temps, c’est vous, pas votre matériel ! alors n’oubliez pas votre kit de survie.

notifications_conseils_faire une présentation

Conseil n°28 – La diapositive noire pour commencer une présentation

Commencez votre présentation par une diapositive noire. Elle permet d’attirer l’attention du public sur vous et pas sur vos slides le temps de votre introduction.

Vous pourrez établir ainsi plus efficacement une première connexion avec votre public.

Sachez qu’une fois votre PC branché au vidéoprojecteur, vous pouvez également afficher un écran noir en utilisant la touche B de votre clavier.

Conseil n°29 – Sortez couvert !

Le mode présentateur proposé par les logiciels de présentation comme Powerpoint vous facilite la vie. Il permet de séparer ce qui est affiché sur l’écran principal de projection (votre présentation) et ce qui est affiché sur l’écran de votre ordinateur portable.

Les avantages sont intéressants :

  • Vous faîtes du coup toujours face à votre public ;
  • Vous bénéficiez de notes sur chacune de vos slides ;
  • Le temps écoulé s’affiche sur votre écran ;
  • La prochaine diapositive s’affiche à l’écran (sur certains logiciels ) ;
  • Vous pouvez naviguer directement vers une diapositive spécifique (sur certains logiciels).

notes-présentateur-conseils-faire-présentation

Conseil n°30 – Faites participer le public

Faire participer émotionnellement le public est une façon efficace de capter son attention.

L’animation, sous toutes ses forme en fait aussi partie.

Aujourd’hui il est possible d’aller encore plus loin et des applications vous permettent d’interagir directement avec votre public.

L’interactivité s’invite dans vos présentations et donne à votre public la possibilité de participer dynamiquement à la présentation grâce à leur smartphone !

Ces fonctionnalités apportent une nouvelle expérience dans les présentations :

  • Possibilité de vote ;
  • Sondage ;
  • Mur de messages ;
  • Quiz interactif.

 
Voici en exemple quelques sites qui proposent ce type de fonctionnalités

 
 
Voilà, ces 30 conseils vous permettront de vous préparer au mieux pour faire votre prochaine présentation.

A vous de jouer maintenant !

Réservez votre entretien de découverte

Les présentations externes ou internes sont souvent réalisées à la dernière minute! S'ajoute à cela le stress généré par les deadlines imposées par l’événement...

Si vous pensez que la création de vos visuels ou de votre présentation n'est pas à la hauteur du message que vous souhaitez faire passer alors nous pouvons certainement vous aider ! 

Au delà de notre application Data Story, nous proposons également aux entreprises la réalisation de présentations financières ou multimédia 
sur-mesure pour améliorer l'impact de leur message et convaincre leur auditoire.

Alors, prêt(e) à transformer vos idées en présentation inoubliable et originale ?

Réservez dès maintenant votre entretien de découverte :